Les Tilleuls de Berlin

Ajouter un commentaire

Les Tilleuls de Berlin

Des années 1930 à l’après-guerre, le héros malgré lui de ce gros roman traverse une période tumultueuse avec étonnement et courage. Critique d’art réputé, Karl Schuster, roumain, vit à Berlin mais sillonne l’Europe. A Berlin, il voit prospérer le nazisme et utilise ses ­talents de diplomate pour sauver une voisine juive menacée d’expulsion. L’amour lui semble impossible. La belle Sarah se dévoue à sa carrière de médecin dans les pays qui vont bientôt passer sous la coupe allemande ; Janina, la ­discrète résistante allemande ne peut, elle non plus, penser à vivre les sentiments qu’elle éprouve. Balloté entre ses amours, Karl se consacre à sa passion pour l’art, contacte le Jeu de paume pour consigner la liste des tableaux volés par le Reich. Il louvoie pour garder la piste des oeuvres de peintres « dégénérés ». Après la guerre, ses activités lui valent d’essuyer les interrogatoires soviétiques et alliés, parfois suivis de détention. Toujours en quête de repères, Karl Schuster garde pour seuls motifs d’espoir les femmes : celles qui déblaient avec obstination les ruines des villes dévastées et celles qui, de retour de l’enfer, cherchent elles ­aussi leur passé. Dans ce premier roman de Jean Octeau, né en 1928, le côté romanesque puise dans la grande histoire. — Gilles Heuré

 

Ed. Grasset, 568 p., 24 €.

Commandez le livre Les Tilleuls de Berlin



Laisser une réponse