Ecoute-moi bien

Ajouter un commentaire

Ecoute-moi bien

C’est l’histoire d’une passion dévorante, et dérangeante, entre une mère et sa fille. Quelque chose qui vous transcende et vous tue, vous euphorise et vous désespère. Que celles qui redoutent les relations maternelles castratrices et sublimes ne s’approchent pas du dernier opus, brûlant, de Nathalie Rykiel : une lettre d’amour écrite à sa mère — l’audacieuse styliste Sonia Rykiel, autoproclamée avec insolence « reine du monde » — dès que s’est éteinte cette rousse flamboyan­te, le 25 août 2016. Une obsession fondatrice qu’a déjà abordée celle qui défila pour maman comme mannequin à 20 ans, puis la seconda dans l’ombre longtemps, lui apporta ses idées, avant de devenir directrice générale et artistique de la maison de couture de quatre cents salariés, et bientôt présidente. Pas facile de se faire une place auprès d’une créatrice orgueil­leuse, narcissique et jalouse, folle de sa liberté. Et de son génie : celui d’avoir libéré et rendu à une vénéneu­se sensualité la femme intello branchée des années 1970… Sonia adorait sa fille, double dévoué, mais ne l’a jamais félicitée de rien, remerciée de rien. Et vécut un drame quand Nathalie dut lui imposer de ne plus saluer aux défilés, rongée qu’elle était par la maladie de Parkinson. Elle s’occupa avec une tendresse folle de la génitrice malade, qui avait su recevoir et imaginer des fêtes comme personne, cultiver les amants et offrir même à sa fille les clés de sa garçonnière…

Relation terrifiante et magnifique. Nathalie Rykiel l’évoque fiévreusement au fil de souvenirs vagabonds, à coups de phrases trouées, éperdues. Sonia Rykiel a revêtu sous sa plume le costume des grandes héroïnes de la tragédie grecque. Elle n’est pas si loin de la magicienne et ensorceleuse Médée… — Fabienne Pascaud

 

Ed. Stock, 144 p., 17 €.

Commandez le livre Ecoute-moi bien



Laisser une réponse